Les conditions géographiques de la Sardaigne et la disponibilité réduite en ressources naturelles locales ont décrété jusqu'ici la dépendance, à hauteur de 94%, du système énergétique sarde des sources extérieures.
Qui plus est, vu le manque de gaz naturel la diversification des sources d'énergie en Sardaigne entraîne une dépendance accrue du pétrole (74%) et du charbon (23%), soit les combustibles fossiles les plus polluants. Quant aux utilisations finales d'énergie, près de 44% est absorbé par le secteur industriel, et plus particulièrement par les installations métallurgiques énergivores (40%) et les raffineries, qui représentent le dispositif industriel de base de l'île*.

Dans un tel cadre, la réalisation du gazoduc Galsi et, par voie de conséquence, la méthanisation de la Sardaigne seront sources d'opportunités de développement pour tout le système économique sarde avec des avantages tels que:

  • Disponibilité de gaz naturel assurée par un réseau de distribution maillé aux usagers, source de confort et d’économies sur les factures tant pour les particuliers que les entreprises. Vu, entre autres, l’absence de gaz naturel en Sardaigne, la facture de l’énergie figure parmi les plus élevées par rapport à la moyenne des autres régions italiennes. La disponibilité d’un réseau de distribution du gaz naturel pour usages tant domestiques qu’industriels, en remplacement des systèmes actuels moins avantageux (réseaux GPL, air propané, gasoil, chauffe-eau électriques, etc.), se traduira par une réduction des factures grâce à des économies de l’ordre de 30-40% pour les ménages et pour les entreprises sardes. Chiffrée selon l’AIEE* à quelque 600 euros, la dépense moyenne annuelle des ménages sardes en énergie baissera puisque le remplacement de l’air propané et des chauffe-eau électriques pour usage domestique par le gaz naturel dégagera une économie de 270 euros par an. Pour un établissement scolaire avec 500 élèves, ou hospitalier comptant 100 lits, le remplacement d’une chaudière traditionnelle au gasoil ou huile combustible par une chaudière gaz méthane à condensation, se chiffrera par une économie annuelle respectivement de 17 000 et de 35 000 euros. Pour les industries, l’utilisation du gaz méthane s’accompagnera d’avantages économiques estimés aux alentours de 200 millions d’euros par an.
  • Plus grande sécurisation des approvisionnements en énergie. Le Galsi sera le premier gazoduc important directement du gaz naturel en Italie au départ du pays producteur. La Sardaigne sera, en particulier, la première région italienne à être livrée en gaz algérien et pourra compter, de la sorte, sur une sécurisation maximum des fournitures.
  • Différenciation des sources d’énergie dégageant des avantages sur le plan économique et environnemental. L’utilisation du gaz naturel, en lieu et place du pétrole et du charbon, à savoir les combustibles fossiles les plus polluants et les plus utilisés aujourd’hui en Sardaigne, contribuera à la réduction des émissions nocives dans l’atmosphère et, partant, à une meilleure qualité de l’air et de l’environnement. Selon une étude de l’AIEE, l’utilisation du gaz méthane à des fins thermiques industrielles et civiles et dans les transports, se soldera en Sardaigne par une réduction de 14% des émissions actuelles de CO2.
  • Opportunités de développement industriel pour les entreprises énergivores sardes. Les économies engrangées sur le coût de l’énergie fourniront une impulsion positive au tissu économique sarde et favoriseront les entreprises particulièrement énergivores qui pourront ainsi faire appel à une source d’énergie plus efficace et moins coûteuse.
  • Naissance de nouvelles activités industrielles du fait d’une plus grande disponibilité en énergie. Comme cela a été le cas dans le Sud du pays à la suite de la méthanisation, de nouvelles activités industrielles verront le jour car la disponibilité d’énergie sera plus importante. Il s’agit, par exemple, de l'industrie de la céramique, du papier, du bois, de l'l’agroalimentaire et des matériaux de construction.
  • Retombées positives sur l’économie et les entreprises sardes durant la phase de construction du gazoduc. Les entreprises sardes enregistreront des retombées positives du fait des adjudications et des sous-traitances portant sur les ouvrages civils et les transports représentant près de 30% sur un investissement global de 700 millions d’euros consacré à la construction du gazoduc en Sardaigne.
  • Développement des activités entrepreneuriales dues à la création, la gestion et la maintenance des réseaux de distribution locale du gaz. Des avantages significatifs et durables se manifestent déjà aujourd’hui à la suite de la réalisation des réseaux de distribution locale (secondaires et urbains) du gaz. A cet égard, les estimations de l’AIEE reportent quelque 3500 effectifs au total retenus par la construction. Après la mise en service du gazoduc, une impulsion supplémentaire découlera des activités de gestion et de maintenance des réseaux et des installations domestiques qui absorberont 2 000 nouveaux effectifs au moins.

* * source : Plan énergétique environnemental régional - Région de Sardaigne, août 2006

* * AIEE, Associazione Italiana Economisti per l'Energia, "L'arrivé du gaz naturel dans l'èconomie de la Sardaigne", novembre 2009