S A U V E G U A R D E     D E     L ' E N V I R O N M E N T


Le smog et le phénomène des pluies acides

Le smog est dû à la réaction chimique entre le monoxyde de carbone, l’oxyde d’azote et les composés organiques volatiles, déclenchée par les rayonnements solaires. Les composés formant le smog sont non seulement toxiques pour les êtres humains, les animaux et les végétaux mais sont en mesure, qui plus est, de provoquer la détérioration de nombreux matériaux à cause de leur important pouvoir oxydant.

Les sources de polluants qui contribuent à la formation du smog sont diverses : les émissions des moyens de transport, les émissions de gaz nocifs, les solvants et les vernis.

Puisqu’il produit moins d’émissions d’oxydes d’azote et aucune poussière ou particule organique volatile, le gaz naturel s’avère utile dans la lutte contre la formation du smog et l’élimination des substances nuisibles dans l’air. Un plus grand recours, en particulier, au gaz naturel pour la production d’énergie électrique, l’alimentation des véhicules à moteur et dans le secteur industriel peut contribuer à une moindre formation de smog.

Les pluies acides sont un autre phénomène environnemental, responsable de la destruction de la végétation. Issues d’une réaction chimique entre l’oxyde de soufre, l’oxyde d’azote, la vapeur d’eau et d’autres substances chimiques amorcées par les rayonnements solaires, elles se manifestent sous la forme de précipitations acides et de retombées de particules et de gaz au sol.

Puisqu’il ne produit virtuellement pas d’oxydes de soufre et que ses émissions d’oxydes d’azote sont inférieures de 80% par rapport au charbon, le gaz naturel contribue à la réduction des polluants dans l’atmosphère à l’origine des pluies acides.